Portail
Forum du raid Old Back
Guilde PVE WOW sur Garona
 
Forum du raid Old Back Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Kibou, instants premiers ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du raid Old Back Index du Forum -> Espace membres -> Création
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Shiroyuki
Membre de la guilde

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 178
Classe: Mage
Pseudo Wow: shiroyuki
Guilde: Oldback
Point(s): 157
Moyenne de points: 0,88

MessagePosté le: Ven 14 Déc - 14:02 (2007)    Sujet du message: Kibou, instants premiers Répondre en citant

Un truc que j'avais écris y a quelque temps sur un perso qui au moins dans mon coeur reste mon main.

Je suis née il a fort longtemps de cela. En effet, nous, les elfes de la nuit avons une espérance de vie plus importante que bien d'autres races peuplant ce monde.
Est-ce dû à notre affinité avec la nature nourricière, je ne saurais dire.
J'ai passé mon enfance au sein d'un petit village niché au sein du territoire de notre race… Aldrassil, tu me manque tant.....Tout avait l'air bien plus simple en ce temps. Naïveté, innocence et fougue de jeunesse, vous me manquez...
 

Je me nomme Kibou qui selon d’anciens érudits druides signifie "espoir" dans un très ancien dialecte druidique aujourd'hui presque oublié. Mes parents m'avaient nommé ainsi car eux aussi avaient voués leur existence à l'étude de la science druidique. Cette science s'attelait à honorer et protéger la terre nourricière, source de toute vie. Mais la raison du choix de "Kibou", je ne l'ai compris que bien plus tard.
Je n'ai qu'un vague souvenir de mes parents. Je les vois encore s'éloigner de moi, mais le flou s'empare vite de ma vision. Est-ce dû à la même sève qui s'était alors écoulée de leurs yeux à ce moment ou simplement à ma mémoire encore trop peu réceptive ? Je ne sais... Parents, vous me manquez.
Mes parents m'avaient confiés au cercle druidique dont ils faisaient partie et c'est là que j'ai grandis et appris à maitriser les arts druidiques qui aujourd'hui encore parcourent mes veines et que sans relâche, je parfais.
Souvent j'ai interrogé mes maîtres druides sur l'endroit où mes parents s'étaient rendus et comment je pourrais les y rejoindre. Je n'eu que peu de réponses. Tout au plus avais-je appris qu'ils étaient partis, avec d'autres druides et elfes de la nuit, combattre une corruption grandissante dans une contrée voisine. Corruption qui se devait d'être contenue avant qu'elle n'atteigne nos territoires.
Certes, notre monde n'était pas dénué de dangers car bêtes sauvages et autres satyres occupaient souvent nos forces et mettaient nos décences à rude épreuve. Mais l'ennui s'empara vite de moi et les tâches qui m'étaient confiées s'avérèrent très vite devenir un bien faible challenge à mesure que mes talents grandissaient.
 

C'est alors que je demandais à mon cercle druidique de me rendre au delà de notre monde, de suivre le chemin de mes parents et de les retrouver. Jamais je n'oublierai le visage de mon maître. Je pu lire dans ses yeux, combien il luttait pour contenir la tristesse qui s'était alors emparée de lui. Il n'eut en fait rien a ajouter, j'avais déjà tout compris, avant même qu'il ne s'exprime. Mes parents avaient péris, ainsi que la majeure partie de l'expédition qui s'était alors rendue en ces contrées souillées par le mal. ils n'avaient pu guérir la terre nourricière du mal qui la rongeait, tout au plus avaient ils permis de le contenir un temps.
Malgré les mise en garde des druides qui m'avaient vu grandir, je décidais de quitter un temps notre monde et m'attaquer moi aussi à l'engeance qui avait tué tant des miens.
Mon maître me dit que je n'étais pas prête et il me donna les noms de druides exilés qui me permettraient de parfaire mes études druidiques et surtout d'acquérir des techniques de transformations, nécessaires à ma survie dans les milieux hostiles que j'allais traverser. Je n'avais vu que peu de fois certains de mes maîtres adopter ces formes animales, mais la chose m'attirait fortement et il me tardait de pouvoir, moi aussi le faire.
 

Darnassus, magistrale capitale de notre monde. C'est là bas que j'ai croisé d'autres races pour la première fois. Petits êtres frêles et joyeux, qui me dit on, avaient perdu leur monde, j'étais tellement triste pour eux... tel un arbre, je ne pouvais concevoir de vivre sans mes racines. D'autres petits être, bien plus costauds et abrupts. On les disait aimer la vie souterraine....brrr..cette pensée me faisait froid dans le dos, tant, nous elfes, ne pouvions concevoir de quitter le ciel, amant de la terre. On avait parlé d'autres êtres quelque peu semblables à des satyres, mais peu en avaient encore vu. Et les humains.... les plus nombreux mais aussi ceux dont l'espérance de vie était la plus faible. C'est eux vers qui mon intérêt s'orientait le plus, car si déjà ils vivaient peu longtemps, autant étudier à quoi ils occupaient leur maigre temps.
 

Je ne restais que peu de temps à Darnassus, car un je ne sais quoi de malaise me parcourrai quand je me rendais au quartier druide où résidait l'archidruide Fandral Forteramure. Il devait s'en être rendu compte et son discours se limitait à une politesse qui dissimulait avec grand peine un je ne sais quoi d’hypocrite. Il m'avait dit de prendre garde des représentants druide de Havrenuit alors conseillés par mon maitre et surtout des exilés de Pennelune qui avaient selon lui choisi une autre voie druidique et étaient à la solde de Rémulos. Cela n'avait alors que plus conforté mon désir de m'y rendre.... Merci Maître Fandral
Je décidais donc de séjourner à Rut'theran pendant la durée d'attente du navire qui assurait la navette avec le continent de Kalimdor. Le faste de Darnassus et sa "suffisance" me rendait malade. C'est la première fois que je pu réellement voir la mer de si prêt. Je ne me lassais pas de dormir sur la plage, avec le ciel comme seule couverture.
J'aurais aimé prendre le griffon afin d'accélérer mon périple, mais j'étais sans le sous et le bateau, charriant divers moyens logistiques était gratuit pour tout voyageur de l'Alliance.....
 

L'alliance..... La Horde...... une guerre dont je n'avais pas encore saisi la portée tant, combattre la corruption qui menaçait notre monde me semblait bien plus important.
 

C'est ainsi que je traversais la mer pour me rendre au port de Sombrivage, point d'entrée du continent, appelé Kalimdor. J'aimais sentir le vent mêlé d'embruns caresser mon visage, et je remerciais mère nature en mêlant quelques larmes aux embruns restés sur mon visage. L'équilibre se devait d'être conservé.
Sombrivage portait bien son nom.... loin des fastes de Darnassus et du calme de Ruth'terran, on sentait ici la tension en toute chose. Même sans quitter le port, le vent charriait une corruption venue de l'est.
Je vis que bien des villageois ici avaient bien des doléances et je souhaitais au plus vite mettre mes talents au service de l'allègement de leur fardeau.
Mais à peine avais je quitté le village que la corruption m'assailli avec une violence à laquelle je n'étais pas préparée. Je manquais de défaillir, alors qu'à la croisée des chemins, je la vis, siégeant sur ce que bien plus tard j'appris à connaitre sous le terme de cheval ou monture..... Elle était nimbée d'une aura si brillante et pure qu'elle dissipait en grande partie la corruption qui m'avait saisie. Une humaine, sa peau était blanche comme la brume matinale et ses cheveux noirs coiffés d'un casque lui aussi noir (casque de Mutgol pour les intimes), le tout était recouvert d'une armure semblant n'avoir aucune faille et une large épée siégeait dans son dos. Ce fut ma première rencontre avec Orphee, ma première rencontre avec un paladin.
Elle incanta un temps et soudain je fus submergé d'une énergie qui décupla le potentiel de mon esprit. Ce fut ma première bénédiction.
Elle me parla longuement de la "lumière", seule à même de défaire les ténèbres. Cette lumière qui lui servait à guérir les plaies, mais aussi à combattre le mal. Plusieurs écoles constituaient sa congrégation. Elle avait choisi la plus guerrière, la plus passionnée, mais aussi la plus dangereuse sans doute. Nous, elfes de la nuit n'étions pas très familiers avec la "lumière", lui préférant mère nature, mais nous avions des prêtres qui en usaient. Elle semblait plus efficace dans le soin de nos plaies que ne l'était l'art druidique et nous l'acceptions, car si nous voulions soigner la terre, il nous fallait aussi quelqu'un pour soigner nos enveloppes charnelles. Mais nous haïssions fortement toute autre forme de magie dite corruptrice, qu'elle fût d'essence démoniaque ou élémentaire. Car l'une était issue de la corruption et donc la propageait et l'autre puisait sa source d'énergie dans les éléments et donc affaiblissait la terre et encore plus sa résistance vis à vie de la corruption.
Elle m'expliqua qu'elle était à la recherche d'aventuriers de bonne volonté afin d'enrichir son groupe, sa guilde... L'intérêt prévalu, mais quand elle parla de les rejoindre sur un autre continent et quitter cette région où j'avais tant à faire, mon hésitation se fit grandissante et je déclinais son offre.
Elle en sembla attristée, mais me compris.
Je continuais mon chemin, sans me retourner et débarrassa les environs de Sombrivage de bon nombre de ses dangers.
Mes aventures me conduisirent très vite à Astraanar, dernier bastion frontalier avec le territoire des orcs.
Petite ville garnison qui luttait chaque jour contre nombre de dangers qui la mettait en péril. Mais elle se devait de tenir ou c'est tout le reste de la région qui risquait de sombrer dans les ténèbres et avec elle mon monde se retrouvera soudain isolé de tout.
 

C'est la première fois que je tuais un autre être non issu de la corruption régnant ici. La première fois que je croisais un membre de la Horde. la première fois que je croisais un orc, genre de créature chez qui prévalait la masse musculaire et la violence au combat. La première fois que je croisais un démoniste et sa créature. Je le saluais, mais il m'attaqua de suite avec une malédiction que mes soins peinaient à contenir. Je rechignais à le combattre, mais morte je ne pourrais réaliser mon objectif et il devenait évident que de son trépas dépendait ma survie. Le combat fut rude, tant mes forces de vie s'opposaient à ses forces de mort de manière presque égale, mais je l'emportais finalement, sans pour autant en tirer une quelconque satisfaction. Pourtant il usait de magie et qui plus est démonique, celle là même qui nourrissait la corruption que je combattais. Mais j'avais entendu que l'alliance aussi en usait et quelque part je me disais que c'était user des mêmes armes que le mal, afin de le combattre plus efficacement. Pourquoi alors cette guère entre deux factions qui somme toute poursuivent le même but ????
J'en rencontrerai bien d'autres sur mon chemin tout au long de mes périples, parfois j'en sortis victorieux mais parfois aussi je mordis la poussière... mais heureusement je n'étais pas seule et de fidèles compagnons surent toujours me sauver, même dans les situations les plus critiques.
 

C'est peu après ça que je pris conscience de bien des choses qui allaient m'orienter dans mes choix futurs :
1) je ne pourrai venir à bout seule la corruption de cette région, ce fut une erreur que firent mes parents et autres compagnons de ma race de penser ainsi.
2) cette corruption n'était que la conséquence d'un mal plus profond. Et même si la corruption reculait, elle reviendrait inlassablement jusqu'à épuiser nos forces et nous submerger.
3) il fallait sans relâche s'attaquer à la source du mal. Une fois cette source tarie, ces points de corruption séparés de leur élément nourricier ne tarderaient pas à tomber.
 

Et c'est aussi la première fois que je regrettai ne pas avoir accepté l'offre de ce représentant de la lumière qui ne devait pas s'être trouvé là par hasard.
Mais il était temps de revêtir mes formes animales et pour cela de me rendre à Havrenuit.
 

Havenuit aussi portait bien son nom.... Havre de paix au milieu de la corruption la plus grande. Seul point où des représentants de la Horde et de l'Alliance oubliaient leurs velléités ancestrales pour ne tendre que vers le but d'une vie, être au service de l'ordre druidique. Un monde presque parfait qui vivait quelque peu en marge de la réalité mais qu'il fallait a tout prix protéger et cela ne saurait être fait en y restant.
J'eu plusieurs entretiens avec Remulos le sage et il m'apprit tant de choses que ma reconnaissance lui est éternelle.
 

En peu de temps, je pu sentir la puissance de l'ours et la rapidité de la panthère devenir miens. C'était magnifique et tous mes sens étaient décuplés et donc ma perception de l'élément naturel elle aussi. C'était enivrant et il était tentant de rester à jamais sous ces formes, mais je me devais de faire progresser aussi l'aspect réparateur de l'art druidique et c'est en cultivant à la fois l'aspect animal et les soins que je poursuivait mes études.
Mais ce fut la quête qui me permettrai l'accession à la forme aquatique qui fut l'élément déclencheur qui allait changer ma vie.
Je me devais de me rendre sur le continent d'Azertoh, berceau des gnomes, humains et nains. J'étais excité à cette idée, mais j'étais aussi quelque peu tendue, car j'avais ce sentiment, que je resterai désormais éloignée longtemps de ma terre natale.
 

Je me rendis alors à Sombrivage et puis Aldrassil afin de faire mes adieux à mon maître. Il vit de suite le changement en moi et fût impressionné par les progrès fulgurants que j'avais réalisés tant sur le plan druidique que sur ma maturité. Il était fier de moi, car il j'en était arrivé aux mêmes conclusions que celles qui l’avaient fait hésiter à partir en croisade contre cette corruption à Gangrebois avec mes parents et d'autres compagnons. Il n'avait pour autant choisi la voie du voyage à la recherche de compagnons, car il se faisait vieux et il estimait qu'il serait bien plus utile à la formation de nouveaux druides, dans cet esprit nouveau et bien éloigné de l'étroitesse d'esprit des druides de Darnassus.
Certes il se sentait parfois coupable d'avoir laissé ainsi partir ses compagnons vers une mort certaine et de ne pas avoir été là quand ils avaient besoins de lui. De plus il était vu comme un druide "atypique" par la congrégation druidique de Darnassus ce qui ne lui avait jamais permis d'occuper des fonctions plus importantes au sein des druides. Mais toute cette culpabilité et ces frustrations s'effaçaient quand il arrivait à voir se synthétiser sa vision au sein d'un de ses élèves. Cela n'arrivait que rarement, tant la plupart des élèves étaient attirés par le charme "bureaucrate"  du cercle druidique de Darnassus, mais de temps en temps il avait des élèves comme moi.
Il me serra dans ses bras et je partis vers Sombrivage où m'attendait un navire devant m'emmener au port humain de Menethil, sur le continent encore inconnu par moi d'Azeroth.
 

(Bon je vais faire bref même si y a un pépin, j'ai pris pas mal de temps pour mes délires)
 

La Grande Mer, de l'eau à perte de vue et parfois des cotes parsemées d'habitations plus hétéroclites les unes que les autres. Quelques rencontres plus ou moins hostiles mais le voyage se déroula sans trop d'encombres.
Menethil, l'défervescence d'un des seuls point d'entrés vers Azeroth. J'en garde un inoubliable souvenir, et surtout de sa bière, gentiment offerte par un nain peu scrupuleux.... à elle seule, cette bière est la raison d'un retard de 2 jours dans mon périple.
Le trajet vers Forgefer, capitale des nain fut long et dangereux. Heureusement que nous fûmes plusieurs à le faire, ce qui nous permis de nous aider mutuellement et y survivre. C'est la seconde fois que je pris conscience de l'importance de compagnons. La solitude a ses avantages, mais pas celui de pouvoir rester en vie dans des contrées hostiles.
Forgefer en soi est une bien belle capitale et même si un sentiment de claustrophobie s'est emparé de moi dès mon entrée en cette capitale taillée dans la montagne, je ne peux que m'extasier devant le travail titanesque accompli. A coté, Darnassus fait figure de lieu de villégiature. Ici tout est brouhaha et mouvement. Je ne désirais pas trop y rester afin de prendre le tram des profondeurs et voir Hurlevent la Royale, et surtout le Parc, lieu où séjournent des druides à même de me renseigner sur la suite de ma quête.
 

Mais le sort en décida quelque peu différemment, le sort ou de son autre nom, le destin. Elle était là, encore plus rayonnante que jamais, forçant l'admiration de bien des aventuriers la côtoyant. Mais même si j'apparaissais bien peu expérimentée vis à vis de ces derniers, elle porta de suite un regard emprunt de tendresse vers moi. Une tendresse que généralement ne portent que de vieux amis l'un envers l'autre. Pourtant nous ne nous étions côtoyés que l'espace d'un instant. Je m'inclinais, elle en fit de même et dès ce jour je fis partie de sa guilde "les gardiens de la nature".
Elle m'accompagna dans bien des aventures, Mortemines, Monastère Ecarlate etc.... et la guilde changea de nom pour devenir "les memories".
Pourtant la guilde resta trop petite pour prétendre à combattre de grands dangers et nous intégrions régulièrement d'autres groupements afin de leur apporter notre soutien. C’est alors que je m'orientais plus grandement dans la branche soin de mon art.
L'apogée de mes souvenirs reste la victoire sur l'avatar du seigneur élémentaire du feu appelé Ragnaros. Certes ce ne fut qu'une victoire sur son avatar physique de ce plan, mais ce fut une grande victoire et ce fut la première fois que je pris conscience de la notion de plans astraux. Chose qui me fit peur, car je compris soudain que la source du mal que nous combattions ne se trouvait peut être pas sur ce plan.
Cette période de doute m'éloigna un peu de mes amis et s'accentua encore avec la découverte d'une porte dimensionnelle au sein des terres foudroyée, ouvrant sans doute vers des dangers encore plus grands.
Cela sonna le glas de mon adhésion à la guilde. En effet nous ne nous croisions presque plus, tant chacun s'afférait au sein d'autres groupes. Ceci fut un choc pour moi et était bien loin de l'idée que je me faisais de "compagnons".
Orphee était toujours là pour moi, mais je voyais bien qu'elle seule faisait des efforts pour assurer la cohésion de la guilde et je me refusais à continuer à lui faire porter ce fardeau, même si elle le faisait de bon cœur. Mon départ l’attrista mais n'insista pas pour que je reste, elle savait que nos chemins continueraient à se croiser quoi qu'il arrive. Quelques autres aventuriers quittèrent la guilde avec moi, mais nous partions chacun de notre coté.
Toutefois, seule et maintenant livrée à moi même en ce nouveau territoire que je ne connaissais pas j'opérais un virage décisif dans l'orientation de ma branche druidique. Afin d'optimiser ma survie à tout prix je décidais de ne privilégier que ma branche animale ... tout au moins, tant que je serais seule.

_________________


Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 14 Déc - 14:02 (2007)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Kidj


Hors ligne

Inscrit le: 01 Oct 2007
Messages: 71
Classe: Paladin
Pseudo Wow: Kidj
Guilde: nnl
Localisation: Villeurbanne (Nîmois dans l'âme!!)
Point(s): 45
Moyenne de points: 0,63

MessagePosté le: Ven 14 Déc - 17:57 (2007)    Sujet du message: Kibou, instants premiers Répondre en citant

Très très joli. Vraiment agréable à lire dommage qu'a la fin ce soit moins détaillé ^^

Maintenant que tu nous a fait partagé ce beau récit de tes aventures nous sommes impatient de connaitre la suite :p
_________________
Dans le doute... Doute encore ^^




Revenir en haut
Aerendil
Ancien Vermeille

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2006
Messages: 1 834
Classe: Prêtre
Pseudo Wow: Aerendil
Guilde: Ultyma Déï
Localisation: trop loin de nice
Point(s): 964
Moyenne de points: 0,53

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 17:56 (2008)    Sujet du message: Kibou, instants premiers Répondre en citant

Il y a un truc de bien au moins avec lui, c'est que le forum est actif !!!! et ça manquait Smile
ça faisait longtemps que je n'avais pas posté des infos (plus ou moins utiles d'ailleurs) ici, car, hormis les présences des joueurs, et les strats, il n'y avait pas grand chose.
Merci Shiroyu-Kibou Smile
_________________
Tout le monde ment.
Personne n'est gentil
Si tu es gentil et que tu ne mens pas, c'est que t'as un lupus.
Dr G House.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Tchoumy
Officiers
Officiers

Hors ligne

Inscrit le: 30 Oct 2006
Messages: 2 891
Classe: Démoniste
Pseudo Wow: Tchoumy
Guilde: OldBack
Point(s): 1 848
Moyenne de points: 0,64

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 18:40 (2008)    Sujet du message: Kibou, instants premiers Répondre en citant

mdr aer ça fait 2 mois que ça été posté ça ^^
c toi qui est pas actif banane ! Razz
_________________




Revenir en haut
Aerendil
Ancien Vermeille

Hors ligne

Inscrit le: 05 Mar 2006
Messages: 1 834
Classe: Prêtre
Pseudo Wow: Aerendil
Guilde: Ultyma Déï
Localisation: trop loin de nice
Point(s): 964
Moyenne de points: 0,53

MessagePosté le: Mer 13 Fév - 19:05 (2008)    Sujet du message: Kibou, instants premiers Répondre en citant

je sais que ça fait longtemps, mais comme je voulais un truc sur Kibou, c'est pour ça que je l'ai mis là.
Vu le nombre de fois où je viens ici, rien (ou presque) ne m'échappe Razz
_________________
Tout le monde ment.
Personne n'est gentil
Si tu es gentil et que tu ne mens pas, c'est que t'as un lupus.
Dr G House.


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Shiroyuki
Membre de la guilde

Hors ligne

Inscrit le: 22 Nov 2007
Messages: 178
Classe: Mage
Pseudo Wow: shiroyuki
Guilde: Oldback
Point(s): 157
Moyenne de points: 0,88

MessagePosté le: Jeu 14 Fév - 15:07 (2008)    Sujet du message: Kibou, instants premiers Répondre en citant

Salut Aer, j'aurais du te citer lors du passage relatif à notre victoire sur Ragnaros, car c'est bien au sein des OB qu'elle fut réalisée et tu étais l'off des prêtres à ce moment.

Ouais on fait partie des chieurs récurrents, encore que j'ai mis de l'eau dans mon vin avec le temps car même si le but premier n'est pas la provoc c'est souvent ainsi que mes interventions sont perçues et donc inefficaces.

Mais je continuerai à dire ce que je pense Smile .
En tout cas merci pour tes encourragements.
_________________


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 23:10 (2017)    Sujet du message: Kibou, instants premiers

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Forum du raid Old Back Index du Forum -> Espace membres -> Création Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
WorkStation[fusion] © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com